Acheter sans emballage sur vos marchés

De plus en plus de consommateurs se rendent sur leur marché avec leurs propres emballages dans une logique de réduction des déchets. De nombreux professionnels des marchés se questionnent sur la loi et sur leurs responsabilités, notamment en matière d’hygiène. 

Venir sur le marché avec ses sacs, ses tupperwares et ses emballages, c'est une pratique qui se répend et que nous encourageons afin de réduire les emballages dont nous n'avons pas besoin. Cependant, il est clair que certains aliments demandent des emballages plus élaborés et adaptés afin de ne pas rendre les qualités d'hygiène discutables, pour cela il ne faut pas hésiter à demander conseil à son commerçant. Cela implique que souvent, il faudra réfléchir à l'avance à ce que l'on prévoit d'achat afin d'être sûr d'avoir un emballage qui puisse correspondre. L'agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) précise que la loi autorise cette pratique, mais que quelques particularités sont évidemment à prendre en compte pour que tout se passe sans prendre de risque.


Emballage sur les marchés

Venir avec des emballages adaptés à notre produit

  • Le contenant proposé par le consommateur au vendeur doit être propre (boîte, bouteille, sac, ...).
  •  Ce contenant doit être approprié à l’emballage d’aliments (le sac en plastique reçu lors d’un achat de chaussures ne convient pas, le bidon en plastique d’un assouplissant pour le linge non plus...). La garantie du bon choix du contenant, c’est la présence sur ce contenant d’un logo reconnaissable par tous : le sigle officiel d’une fourchette et d’un verre.
  •  Le contenant doit être adapté à l’utilisation spécifique que l’on va en faire. Ainsi, pour emporter un repas/aliment chaud, il faut un contenant qui soit conçu pour contenir un mets chaud. Et un aliment acide ne peut être emporté dans un contenant en aluminium (risque de réaction chimique).
  •  Le consommateur qui fournit son propre emballage sait qu’il en porte lui-même la responsabilité en termes d’hygiène. Pas question donc de reprocher au boucher, au boulanger, à la grande surface, ... Que le contenant est sale ou qu’il a été la cause d’une indigestion.

 

Les professionnels des marchés peuvent par ailleurs tout à fait se réserver le droit de refuser un emballage qu’ils jugeront non-adaptés ou mettant en péril les conditions d’hygiène des aliments, c’est même un devoir de leur part s’ils considèrent que cela peut mettre à mal l’hygiène générale. 

 

Emballage sur les marchés

Retour à la liste

 


bulle BD

bulle BD

bulle BD